Les élections sénatoriales se dérouleront le 24 septembre 2017 en Martinique. 846 grands électeurs vont choisir les deux sénateurs qui iront siéger au Palais du Luxembourg, dans la « chambre basse » du parlement.

Maurice Antiste vient d’être désigné par l’alliance EPMN pour tenter d’effectuer un nouveau mandat. Jenny Dulys-Petit ira à la bataille sous les couleurs de La République En Marche, le mouvement présidentiel. Et d’autres candidats se préparent à officialiser leur candidature. Le PPM de son côté a désigné Catherine Conconne, mais Yvon Pacquit, battu d’une voix, conteste le résultat, et en particulier le rôle joué par Serge Larcher, sénateur sortant, et président de la commission d’investiture.

 

Monsieur le Président d’Honneur, Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général,

Je voudrais par la présente introduire auprès des instances du Parti une requête en vue de l’annulation du vote ci-dessus référencé, en raison de graves irrégularités intervenues dans le déroulement de la procédure notamment au sein de la commission d’investiture, présidée par Monsieur le sénateur Serge LARCHER.
 
Ces irrégularités entachent sérieusement l’image de notre parti en ce qu’elles bafouent les valeurs qui fondent notre engagement militant, de même qu’elles portent atteinte à mon honneur et à ma probité.
 
Cette situation inédite est pour le moins inadmissible et ne saurait être acceptée notamment par les responsables de notre parti qui ont souvent rappelé l’importance du respect par tous de nos valeurs; condition indispensable à notre vie démocratique interne.

En effet, monsieur Serge LARCHER est largement sorti de son rôle de président de la commission d’investiture pour les raisons suivantes :

- La présentation du rapport de la commission devant le Comité National s’est bornée à dévaloriser aussi bien ma seule candidature que ma personne et a pris la forme d’une véritable humiliation.
- J’accuse formellement Monsieur Serge LARCHER d’avoir volontairement cherché à influencer le comité en déformant mes déclarations présentées lors de mon audition par la commission. 

Tous ces faits m’ont été rapportés par des camarades choqués par le comportement inapproprié et donc inadmissible d’un président d’une commission d’investiture.
En définitive, le président de la commission d’investiture, par son comportement totalement inéquitable, est très largement sorti de son obligation morale d’impartialité et a ainsi faussé tant le jeu démocratique que les résultats du vote (une seule voix d’écart entre les deux candidats à l’issue du second tour de scrutin).

Devant ces manœuvres flagrantes tendant à discréditer ma candidature mais aussi le fonctionnement de la démocratie au sein du parti, je demande donc l’annulation de ce vote et la réfutation du président de la commission d’investiture.

Dans l’attente de votre réponse et avant tout recours extérieur, je vous prie de croire Monsieur le président, Monsieur le Secrétaire Général en l’assurance de mes sentiments cordiaux

Yvon PACQUIT,  militant du Parti Progressiste Martiniquais