Tribune – Franck Vasko - L’empire de la communication s’étend en Martinique. Toutefois une question subsiste : par quels habiles communiqués, par quelles barrières, ouvertes ou fermées, par quelles douces suggestions, par quelles menaces les communicants imposent-ils leurs éléments de langage, leur agenda politique ? Éléments de réponse.

Reporter citoyen, je manque de témoignages exclusifs sur le sujet évoqué. J’ai juste quelques pièces du puzzle, de petites idées de comment cela se passe, sans plus. Hmm… Je repense à ces épuisantes batailles que je mène depuis des mois pour parvenir à contacter en personne des responsables politiques, des gens des médias. Sans vraiment de succès. En langage de com’, on appelle cela un « cordon sanitaire ».

Je fais partie de ces quelques téméraires du web 2.0 à poster de l’info croustillante qui chahute ou pas le pouvoir en place. Inconscient pour nombre de mes amis, ou membres de ma famille qui me dissuadent de poursuivre cette quête de vérité, de crainte que ne m’arrive malheur. Nombre de fois il m’a été suggéré de cesser d’enquêter sur les méthodes de ces institutions et ces grands groupes qui prennent leurs aises en Martinique. Vous l’aurez compris, je vous invite à alimenter les réseaux sociaux de témoignages de journalistes, de reporters 2.0, de petites mains des services de presse, de communicants scrupuleux chagrinés par certaines pratiques.

Le droit de savoir, voilà ce qui m’anime. Je n’ai que faire d’un dossier de presse bien ficelé. Mieux vaut enquêter sérieusement. Peu importe que cette investigation me vaille des intimidations. Ces interminables balades de services en services, de conseiller en attaché, de boîte mail en standard téléphonique. Ces e-mails qui ordonnent, intiment, négocient, temporisent. Et j’en passe. Mettre notre nez, nous reporters citoyens, dans les arrière-cuisines de l’information à chaque fois que cela sera possible. À nous les petites conférences de presse. La forme que cela prendra ? Elle reste à inventer.

Tout publier, de l’anecdote à la grande enquête. Des reportages et entretiens en vidéo. La matière ne manquera pas, j’en suis convaincu. Message à la nouvelle mandature. La précédente ayant déjà fait les frais de ce droit de savoir.

—Franck Vasko, 22/12/2015