Marcellin Nadeau nous a adressé un « droit de réponse » à la tribune de Yves-Léopold Monthieux « Nadeau apportera t-il à Letchimy le drapeau de Malsa« , publiée le 24 février dernier dans notre édition abonnés. Le maire du Prêcheur et vice-président du Modemas y précise sa position, et rejette « la bipolarisation dans laquelle certains voudraient nous enfermer ».

« Monsieur Le Directeur,

Le  24 février 2015, vous avez publié un article de monsieur Yves -Léopold MONTHIEUX intitulé : « Nadeau apportera t-il  à LETCHIMY le « drapeau de MALSA ». Loin de nous l ’intention de contester le contenu de l’article, soit dit en passant, en complète inadéquation avec le titre. En effet, libre à l’auteur d’exprimer sa vision et de se lancer dans les hypothèses les plus hypothétiques c’est son droit. Toutefois, le titre, même s’il utilise la forme interrogative dans sa formulation, n’a pas manqué de semer le trouble dans l’esprit de bon nombre de lecteurs dans un contexte où de nombreux ralliements de personnalités au PPM étaient annoncés, d’autant que le texte, en dehors du titre, n’était pas accessible à tous. Afin de lever de manière ferme et claire toute ambiguïté, je tiens à préciser que je demeure plus que jamais un militant du MODEMAS, parti politique souverainiste et écologiste que préside Garcin MALSA et dont je suis le Vice-Président ; souligner par ailleurs que ma culture militante et politique m’incline à préférer les constructions collectives, même difficiles, aux démarches individuelles pouvant paraître opportunistes qui ne sont pas d’ailleurs l’apanage d’un seul des deux pôles de la bipolarisation dans laquelle certains voudraient nous enfermer, même si je respecte profondément la liberté de choisir des personnes. Dès lors, mon choix pour les élections à la CTM est celui du MODEMAS que j’ai eu l’honneur d’exposer à plusieurs reprises dans les média, France-Antilles du 2 février 2015, Antilla du 26 février 2015, et lors d’émissions ou d’interviews en radio et en télé (Martinique 1ère, ATV, KMT). L’option du parti auquel j’appartiens, consistant à offrir au peuple martiniquais une troisième voie en rupture avec la logique de bipolarisation et voulant s’appuyer  sur un véritable projet élaboré à partir d’un socle de valeurs que nous partageons avec d’autres forces politiques martiniquaises et de nombreu(es)x  citoyen(ne)s. Cette position, on ne peut plus claire, ne m’interdit pas d’essayer, dans un contexte de tensions et de passions exacerbées, de demeurer, en toute humilité, un homme prompt à une certaine ouverture d’esprit et au dialogue avec toutes les organisations politiques, tous (tes) les élu(es), tous(tes)les citoyens (nes) martiniquais(e)s et notamment celles et ceux qui reconnaissent l’existence d’une nation et d’un Peuple martiniquais.

Merci Monsieur le Directeur de publier cette nécessaire mise au point. »

Marcellin NADEAU

 

En vous abonnant, vous soutenez Politiques Publiques, et vous accédez pour 5,83€ par mois à tous nos contenus exclusifs.