Face au regain de tension au Proche-Orient et redoutant de nouvelles menaces terroristes, les Etats-Unis ont demandé des mesures de sûreté supplémentaires : des contrôles pour les avions au départ de France (dont Pointe-à-Pitre, Fort-de-France et Papeete),  Belgique et Grande-Bretagne. 

Une exigence alors que la période estivale génère un flux de passagers plus important au niveau des aéroports, toutes destinations confondues : et ce sont près de 50 vols journaliers au départ de ces pays qui se rendent aux Etats-Unis.

Outre les inspections de filtrage classique, c’est au niveau de la porte d’embarquement que des contrôles supplémentaires et non dévoilés seront effectués. Des actions préventives qui se justifient par les innovations technologiques en termes d’explosifs avec des détonateurs chimiques dépourvus de pièces métalliques qui les rendent indétectables avec les moyens actuels de contrôle.

Des décisions des autorités américaines renforcées par la circulation relativement aisée de djhadistes avec des passeports européens moins surveillés.

Cette sécurité accrue pourrait générer des retards. Aussi, le porte-parole de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) recommande aux passagers de prendre toutes les mesures pour arriver suffisamment à l’avance afin d’éviter tout désagrément.

 

@polpubliques