« Et si demain … » une tribune de Florent Pancaldi en réaction au conflit du carburant qui a paralysé la Martinique et la Guadeloupe durant une semaine

« Face à l’incohérence de nos grèves made in Martinique et de l’attitude des provocateurs sociaux et autres agitateurs qui s’en foutent royalement du devenir des classes défavorisées,
Je m’insurge avec vigueur contre toutes ces atteintes au développement de notre pays. Ces coups d’arrêt aussi violents que des séismes qui mettent à mal, chaque fois, un peu plus, une économie déjà suffisamment touchée par l’hérésie, le cannibalisme, voire le fauchage systématique des forces du petit peuple, des centaines de petites entreprises…

Alors oui ! Je m’insurge contre l’exploitation outrancière, contre la consommation à tout va, contre l’institution du mal, du mal être, qui se gave de la peur, de la fragilité des masses laborieuses, du portefeuille du besogneux et de la prodigalité des naïfs.

Je m’insurge contre les profiteurs de tous bords, les faiseurs de rêves et autres ventripotents qui se targuent de porter la bonne nouvelle, de mondialiser notre paradis pour en faire une tour d’ivoire, leur tour d’ivoire…

Je m’insurge contre les briseurs de rêves, de ceux qui veulent nous prendre la main et nous transformer en mouton de Panurge et se goinfrer de tous nos trésors enfouis dans la mémoire de nos ancêtres…

A ceux là je dis stop, et si aujourd’hui nous sommes faibles et fatigués demain nous serons forts et conquérants. Demain nous serons producteurs avec nos intelligences, nos génies créatifs, notre matière grise au service de notre pays, ce pays mien qui vaut tous les sacrifices et tous les trésors de la création, parce qu’aujourd’hui nous sommes encore demandeurs mais demain nous serons maîtres de notre destin. «