D’un côté son Sénateur -Maire se fait le défenseur de la tradition et de la culture, en plaidant en faveur des mini-Reines du carnaval, de l’autre, la municipalité du François offense l’un de ses plus prestigieux musicien. Le courrier reçu par Dédé Saint-Prix est édifiant. Signé du premier adjoint de la commune, il dresse un portrait élogieux de l’artiste, pilier de la musique traditionnelle martiniquaise…et lui demande l’autorisation d’utiliser sa musique pour les besoins de son standard téléphonique…gracieusement. Une indélicatesse que l’artiste a aussitôt dénoncée sur sa page facebook, appelant au respect de son art.