Déclic 972 est une association citoyenne martiniquaise, présidée par Jean-Georges Voisin, membre de la fédération de conseils de parents d’élèves (FCPE) de a Martinique.

« DECLIC972 a appelé lors des dernières européennes à voter massivement en simplifiant l’approche de ce scrutin
considéré comme complexe alors que les retombées européennes sont quotidiennes.
Pour les prochains scrutins qui s’annoncent, il semblerait que le débat juridico-technique rende flou ce qui est
demandé aux Martiniquais de décider. Et pourtant ce n’est pas faute de la part des différents partisans d’essayer
d’expliquer mais peut-être le font-ils mal ou intentionnellement de façon trop éloigné de la compréhension de
Pour planter le décor concernant le 73, nous dirons tout de suite : « NOUS SOMMES DEJA DANS LE 73 » ! Donc,
nous savons aujourd’hui ce que cela veut dire pour ce qui est des avantages et des inconvénients.

Le complément qui nous est demandé d’y ajouter le 24 janvier 2010 est :
- « Voulez-vous une Assemblée unique, donc une assemblée avec les pouvoirs (ou les compétences) du
Conseil Général et du Conseil Régional? » Pour faire clair….
La Martinique demeure ainsi département français avec, depuis 2003, la possibilité de proposer des adaptations
au regard de nos spécificités. Notre problème en Martinique c’est que nos élus actuels ne sont pas
suffisamment actifs auprès de l’Etat pour obtenir ces adaptations.
Et pourtant, dernièrement, Le député Serge LETCHIMY est parvenu à obtenir que nous puissions faire des lois
locales pour le développement durable dans le cadre de la modification de la loi qui dit que les Départements et
Régions d’Outre mer (sauf la Réunion) sont «habilités à fixer elles-mêmes les règles applicables sur leur territoire,
dans des matières relevant du domaine de la loi».
Les Sénateurs Claude LISE et Serge LARCHER ont remis à l’ordre du jour au niveau du Parlement la possibilité pour
La Martinique de n’avoir qu’un organisateur du transport public (le fameux Périmètre de Transport Unique), cela
règlerait pas mal de nos problèmes de circulation. Mais là encore le manque d’activisme de TOUS nos élus au
Parlement ont fait que 2 ans se sont écoulés depuis leur première demande. (yo pa brennen ko yo).
Pour l’instant, l’Assemblée Unique est le seul consensus réunissant aujourd’hui la majorité des Martiniquais.
Nous devons saisir cette opportunité pour commencer à construire un projet commun sur notre développement
économique, social, sociétal. Il sera question de dire à chacun ce que nous pourrons faire dans ce projet et ce
qu’il aura à faire pour amener sa contribution.
Les Agenda21 et SMDE devront être déclinés en chiffres afin que chacun comprenne l’effort qu’il aura à faire et
pourquoi il devra le faire. Sinon, ces travaux de nos assemblées actuelles risquent de rester au stade des « bonnes
En clair, comment chaque Martiniquais est pris en compte pour faire ensemble (faire peuple diraient certains).
L’Assemblée Unique est aussi le seul point commun avec l’autre question que nous développerons ci-après.

Dans le cas du 74, il est demandé aux Martiniquais de répondre à une question le 10 janvier 2010 :
- « Voulez-vous l’autonomie pour la Martinique ? », ce qui induit une seule Assemblée Territoriale pour
faire simple.
Les avantages et les inconvénients de cette nouvelle façon de diriger la Martinique, qui ne sera plus département
français, ne sont connus qu’à travers les exemples des autres (Mayotte qui vient d’entrer dans le 73, La Polynésie,
Nouvelle Calédonie, St Barthélémy et St Martin). D’autres, que nous ne pouvons « singer » ou comparer à La
Martinique du fait de notre histoire (certes douloureuse) avec et dans la France.
Là aussi nous devrions avoir à construire un projet tout en étant beaucoup plus livrés à nous-mêmes sans garde-
fou, dans un monde où l’économique prend le pas sur l’humain.
Nos élus ont prévu une assemblée sans contre-pouvoir contrairement à La Polynésie où l’Assemblée peut mettre
en position de faiblesse le gouvernement. Ou encore, le Président peut dissoudre l’Assemblée. C’est un
fonctionnement démocratique qui rapproche plus le peuple des gouvernants et limite les dérives.
Ainsi, il s’agira là de dire comment nous voulons que la Martinique soit dirigée.

Pour DECLIC972, l’évolution institutionnelle n’est pas un choix de société en elle-même. Notre choix de société
doit s’établir avec et entre nous-mêmes dans une Martinique que nous devons choisir dans son fonctionnement.
Dire ce que nous pourrions faire pour l’emploi, avec quels moyens, et notamment celui des jeunes chômeurs
dont les plus démunis regardent avec défiance et amertume nos décideurs.
Dire comment nous souhaitons organiser notre transport et avec quels investissements pour permettre
l’enrichissement du pays par l’activité grâce à une circulation fluide et pour le bien-être de la mère de famille.
Dire si nous continuons de profiter des aides auxquelles nous pouvons prétendre dans le cadre européen ou si
nous refusons la libre circulation des hommes et des biens ce qui nous exclut d’une partie des fonds européens.
Dire comment nous voulons fonctionner avec les pays de la Caraïbe qui n’attendent pas beaucoup de nous
franco-caribéens sauf pour l’émigration de ceux que nous accueillons parce que nous pouvons leur offrir une
solidarité sociale franco-européenne.
Dire encore à nos artistes et producteurs comment on va pouvoir leur ouvrir les marchés internationaux tout en
leur permettant de vivre au pays.
Dire à nos ingénieurs comment ils pourront mettre leur « intelligentsia » au service de la Martinique avec un
Dire à nos agriculteurs comment ils pourront vivre de leur production et combien pourront en vivre sur nos
quelques 30 000 hectares de surface agricole parfois polluée.
Dire à nos vendeurs de voiture et garagistes comment ils devront faire évoluer leur métier parce que le transport
collectif ne peut que se développer dans notre pays asphyxié.
Dire à nos commerçants et artisans qu’il faut ouvrir pour accueillir les touristes lorsque le rare paquebot arrive,
exceptionnellement, en Martinique même un dimanche et de sourire à leurs poches pour engranger de la
richesse (san nou asiz anlè yo épi dé « prix » wo paske yo touwist ).
Dire aux partenaires sociaux de « jouer le jeu » du dialogue social pour ne pas mettre en péril notre économie qui
de toute façon sera fragile du fait de notre petitesse.
Dire, dire encore et répéter sans cesse …

Donc les 10 et 24 janvier 2010, DECLIC972 appelle et appellera solennellement tous les martiniquais en âge de
voter d’ALLER VOTER pour que leurs choix soient conformes à leurs désirs.
D’ici là, qu’ils continuent de s’informer et d’exiger des explications simples de la part de leurs élus proches sur les deux questions. »

DECLIC972
Le Président,
Jean-Georges VOISIN
decli972@orange.fr