L’ancien premier ministre Michel Rocard s’est éteint hier à l’âge de 85 ans, des suites d’un cancer. En attendant l’hommage national qui lui sera rendu, les témoignages et hommages se succèdent. Nous en avons reçu quelques uns.

Eugène Larcher, Président de l’Espace Sud Martinique, Maire de les Anses d’Arlet 

Je tiens à saluer la mémoire de Michel Rocard. Avec lui disparaît une des plus grandes et des plus exigeantes figures politiques de ces dernières années. Par la pensée et par l’action, il aura inlassablement défendu une certaine idée de la gauche, attachée à concilier réalisme et justice.

Johnny Hajjar, Secretaire Général du Parti progressiste martiniquais

Le parti progressiste martiniquais salut la mémoire de Michel Rocard, réformateur, homme d’écoute et de convictions. Il a été l’un des acteurs du processus de décentralisation et un partenaire attentif aux préoccupations de l’outre-mer. Au fil des années il était devenu un proche du parti progressiste martiniquais.

Le Parti Progressiste Martiniquais adresse  ses sincères condoléances à sa famille, à ses proches et au parti socialiste français.

Ary Chalus, Député – Président de Région

Le Député-President de la Région Guadeloupe Ary Chalus exprime ses sincères condoléances à l’annonce de la disparition de l’ancien Premier ministre Michel Rocard, survenue ce samedi 2 juillet des suites d’une longue maladie.

Il salue la mémoire de cet homme de convictions, militant infatigable, passionné et visionnaire.

« Michel Rocard fut le leader adulé et contesté de cette « deuxième gauche » à la fois plus pragmatique et plus inventive que la première, pionnier d’une social-démocratie à la française ».

Il retiendra de cette grande figure politique française, son sens de l’analyse, son franc- parler et son courage au service de la paix, marqué par les accords de Matignon mais aussi de l’égalité pour une société plus juste et solidaire.

La République perd l’un de ses défenseurs les plus illustres. Il restera un exemple politique pour de nombreuses générations au-delà des camps politiques.

Avec Michel Rocard, c’est une partie de la mémoire du combat du Quart Monde qui s’éteint.

C’est avec tristesse qu’ATD Quart Monde a appris le décès de Michel Rocard, compagnon de route de longue date.

Dès 1981, Michel Rocard, alors Ministre du Plan et de l’Aménagement du Territoire, avait « demandé à Joseph Wresinski une étude qui allât au coeur des inégalités extrêmes pour atteindre ceux que la vie économique avait complètement exclus.« (1)

C’est donc tout naturellement que, devenu Premier Ministre, Michel Rocard s’est inspiré de l’expérimentation menée par ATD Quart Monde à Rennes au début des années 80 pour un Complément local de ressources et de l’Avis présenté par Joseph Wresinski en 1987 au Conseil Économique et Social pour créer le revenu minimum d’insertion (RMI devenu aujourd’hui RSA). Si ATD Quart Monde aurait préféré une politique plus globale et plus incluante, qui permette un changement fondamental dans la société, il reconnaît que, par la mise en place de ce revenu garanti, Michel Rocard a permis de transférer la question de la pauvreté du domaine de la charité à celui des droits de l’homme.

Ce combat commun est toujours resté vif dans le souvenir de Michel Rocard. C’est ainsi qu’il avait accepté en 2014 d’écrire la préface de la biographie qu’Albin Michel consacrait à Joseph Wresinski. Il y rappelait : « Avec {Joseph Wresinski}, je me retrouvais de plain-pied sur ces questions de pauvreté qui fondent ma colère contre le capitalisme : je ne lui pardonne pas la pauvreté, et moins encore la grande pauvreté.«