Portrait – Chantal Kebail - Cynthia Abraham a vingt-quatre ans, son premier album intitulé « Ces petites voix » (qu’elle présentera au ‘Petit Journal Montparnasse’ le 2 novembre prochain) à Paris est surprenant pour une artiste aussi jeune. Une voix comme une offrande, un don de soi qui touche par la sincérité de la démarche. Elle possède déjà ce petit plus qui fera avec la maturité, la différence entre une bonne chanteuse et une véritable artiste. Ce premier album est une petite perle dans un joli écrin qui touche dès les premières notes, une voix servie par des textes qui interrogent, nous renvoient à nos peurs,  » ces petites voix qui nous disent en permanence; ‘j’aurais du faire comme-ci ou plutôt comme ça…tu as osé faire ça! ne t’y risque pas…et si nous écoutions plutôt les autres « petites voix », celles qui se cachent au fond de nous-mêmes, qui nous caressent, nous  donnent la force d’oser, « ces voix-là, laisse les sortir de toi… »
Bercée au jazz et au piano, son père, guadeloupéen, sa mère parisienne  se sont rencontrés dans une école de… jazz. Cynthia Abraham a acquis une formation classique dans plusieurs conservatoires qu’elle peaufine par un cursus professionnel au Centre des Musiques Didier Lockwood. Elle s’est forgée une expérience scénique dans les clubs parisiens, passant du trio-jazz au big band, du gospel à la funk en passant par l’a capella ou les musiques afro. En résidence depuis trois ans  dans le célèbre club de jazz caribéen  » Le Baiser Salé » à Paris, elle a eu le loisir d’élargir et d’expérimenter son répertoire. Auteure, compositeur, elle nous offre à travers « Petites voix », un métissage subtil des musiques qui l’on nourrie ( harmonies du jazz, de la soul aux influences caribéennes et brésiliennes…)  Quand d’autres s’interrogent sur des questions identitaires, elle en fait un atout:   »En Métropole je suis Noire et en Guadeloupe je suis Blanche… J’ai cherché à vouloir appartenir à chacun de ces « tiroirs », mais je me suis rendu compte que ça ne voulait rien dire. Il est important de connaitre sa culture, ses cultures mais chacun est un tout, et il ne faut s’enfermer dans rien ».  Le Monde va mal mais j’essaie de divulguer un message positif, un message d’amour et de tolérance, dans les mots, dans les sons, dans les vibrations… J’ai aujourd’hui beaucoup plus confiance en ce qui va se passer. J’aime les musiques qui parlent au corps et qui font danser,  les musiques qui parlent au cœur…Si j’avais un message à partager, ce serait peut-être celui-là: ne pas avoir peur ».
Chantal Kebail / Photo Strickler D.
L’album est disponible sur toutes les plates formes digitales (spotify, deezer, itunes,…), sur son site cynthiaabraham.com  ou en physique le jour du concert)