Dans une lettre ouverte, le syndicat CDMT CTM dresse une liste des dysfonctionnements et difficultés auxquels sont confrontés les agents de la collectivité.

« Monsieur le Président,

La mise en place de la CTM a généré beaucoup de dysfonctionnements et d’ajustements. Les agents à tous les niveaux ont dû faire preuve d’une capacité d’adaptation incommensurable.

Aujourd’hui après plus de 2 années d’existence de la Collectivité Territoriale de Martinique, le syndicat CDMT CTM constate que des dysfonctionnements demeurent :

-      Des agents n’ont toujours pas de poste et la liste des « sans poste » grandit de jour en jour, surtout depuis la nomination des chefs de services.

-      Il manque de la transparence quant à la nomination des cadres, critères flous : certains cadres n’ont aucune formation, aucune expérience et/ou aucun diplôme dans le domaine de compétence de l’exercice de leurs missions. Les nominations ne respectent pas les hiérarchies (A, B, C) on nomme d’abord tous les A puis etc.…

-      Certains services croulent sous le poids des tâches à accomplir par manque de personnel, alors que dans le même temps, des agents n’ont pas de poste ….

-      Les lieux d’exercice des agents sont modifiés du jour au lendemain sans passage en CT

-      Il n’y a pas de réponses écrites aux courriers que vous adressent les agents

-      Les avis des instances paritaires ne sont pas respectés, sans justification comme le prévoit les textes : modification de l’organigramme, CAP bafouées

-      Pas d’évolution réelle dans la filière culturelle, comme promis lors de la grève de 2016, malgré quelques choix judicieux, mais affreusement rares, dans les nominations !

-      Les ATEE attendent leur référent qui devait se déplacer dans les établissements scolaires

-      Il n’y a pratiquement pas de dialogue social, une réunion officielle en 2017, en dehors des instances, pour plus de 4000 agents !

-      Les cadres n’ont pas le droit de prendre de décision, même les plus évidentes, les plus urgentes, sans en référer au sommet, sous peine d’être « grondés » : infantilisation du personnel et allongement des délais de traitements des dossiers !

-      Il nous est imposé un climat de délation et de méfiance vis-à-vis des agents qui ont des opinions politiques différentes et/ou qui sont apparentés de près ou de loin, voire de très loin, à des personnes connues, pour être opposées à vos idées : discrimination

-      Nos conditions de travail se dégradent : difficultés à obtenir des fournitures de bureau et/ou qualités déplorables (dossiers suspendus …), du papier, de l’encre, des produits d’hygiène.

-      Les délais sont trop longs dans les services du sanitaire et social (APA, aide financière). Les agents sont en danger face à la population en colère, en attente.

 

La liste n’est pas exhaustive, mais en plus de toutes ces difficultés, il est à déplorer des différences de traitements, il y a 3 CTM :

 

-       La CTM d’en haut, Cluny où les locaux et les moyens logistiques semblent bons

-       la CTM d’en bas, le CATM où les moyens sont beaucoup moindres qu’à Cluny, les toilettes méritent des travaux d’entretien, l’ascenseur du parking est souvent en panne, cependant on note de nouveaux canapés vert pomme dans le hall d’entrée pour cacher la misère.

-       La CTM du 5éme sous-sol, celle des services excentrés répartis sur tout le territoire de notre ile. Dans cette CTM, une partie des locaux sont indignes. C’est dans ces locaux que la majorité des administrés sont reçus, sur des chaises en plastique pour certains services, des meubles datent de l’aire de « Diable té ti manmay ». Certains collègues attendent depuis plus de 5 ans des meubles (armoires, meubles bas pour ranger leurs dossiers…..), dans cette CTM du 5éme sous-sol où personne ne vient (pas médiatique), travaillent plus de 2500 personnes. C’est la CTM du 5éme sous-sol qui travaille 24h/24, (service des routes de l’Aide Sociale à l’Enfance) et ce sont les moins bien lotis. Quant aux collègues de la direction de l’action sociale une collègue nous disait « nous ne sommes pas considérés depuis de trop nombreuses années, rien qu’à voir comment nous sommes logés, et dans quelles conditions nous recevons les usagers … ».

 

Nous syndicat CDMT CTM, nous sommes dans notre rôle de défense des agents de la collectivité. Nous faisons comme vous en votre temps, nous dénonçons ce qui met en péril le bien-être physique et psychique de nos collègues.

 

La CDMT CTM demande de toute urgence une réunion avec vous, les élus en charge du personnel, et l’ensemble des représentants du personnel, afin que soit négocié et mis en œuvre un « plan Marshall du bien-être au travail »

Recevez, Monsieur le Président, nos syndicales salutations.  »

Pour le syndicat CDMT CTM

La secrétaire

 

M.J. FERJULE