La mobilisation se poursuit autour de la problématique des emplois aidés. Près de 3000 personnes, employées dans les associations, l’éducation nationale et les collectivités territoriales voient leur parcours brutalement interrompu par la décision du gouvernement, intervenue en août dernier. L’éducation nationale et les collectivités sont en pointe dans la mobilisation pour le maintien.

Dans un contexte de budgets réduits, les emplois aidés se sont révélés indispensables au fonctionnement du secteur public, et des associations. Si la sortie de la précarité pour ces salariés doit représenter un objectif pour tous les acteurs publics, la rupture brutale de ces contrats représente un risque important d’explosion sociale dans nos territoires fortement touchés par le chômage et les difficultés économiques.

Plusieurs municipalités, dont Le Lamentin et Fort-de-France, seront totalement à l’arrêt ce lundi 25 septembre. Le Maire de Fort-de-France Didier Laguerre a adressé une lettre au ministre de l’éducation nationale. Dans sa missive, l’élu rappelle que pour la seule éducation nationale, le projet du gouvernement fait tomber le nombre de contrats de 920 à 380. Avec les nombreuses autres suppressions programmées dans les autres secteurs d’activité, c’est également le risque d’un nouveau « février » 2009 que pointe du doigt l’édile foyalais.

@polpubliques