Alors que le préfet de la Martinique se félicite du lancement du plan chlordécone 4, et de ses 92 millions d’euros de budget, les réactions hostiles se multiplient, dénonçant des mesures vaines, et une opacité quant à l’utilisation réelle des fonds des plans successifs.

Dans ce contexte, Serge Letchimy vient de prendre une position pour le moins sèche concernant ce nouveau plan. Dans un tweet, le Député de la Martinique  s’indigne vertement des « miettes » que représente ce nouveau plan chlordécone, et pire encore, de la volonté qu’il juge délibérée de l’Etat de faire intégrer aux martiniquais qu’il faut vivre avec cette pollution et ses impacts.

 

Capture d’écran 2020-11-20 à 09.14.55

Une sortie radicale pour cet homme politique de premier plan, qui avait quand il était président du conseil régional entre 2010 et 2015 autorisé la poursuite de l’épandage aérien, quand la sonnette d’alarme était déjà tirée sur l’utilisation de tout produit pouvant venir renforcer « l’effet cocktail » dans les terres et les organismes martiniquais. La position du jour aura t-elle dictée par les réalités affrontées alors qu’il animait la commission d’enquête sur le chlordécone… ou par la proximité des élections territoriales ?

Calcul politique ou révélation de bonne foi, cette prise de position sévère jette néanmoins un gros pavé dans la mare, et met en lumière le combat des associations qui à l’instar du Lyannaj pou dépolyé matinik, exigent depuis longtemps de vraies actions pour la justice, pour la dépollution, et la détoxication des personnes, et déplorent elles aussi l’absence de volonté de l’Etat.

@polpubliques