Le conseil d’administration de Martinique Transport a décidé le lundi 17 décembre 2018 de mettre fin au contrat de Délégation de service public qui le liait avec la CFTU. La décision a été adoptée avec 5 voix pour (Boutrin, Marie-Jeanne, Barthelery, Adenet), 2 contre (Hajjar, Laguerre), et 4 abstentions (Birota, Mirande, Saithsoothane, Monthieux).

L’autorité dispose désormais de 6 mois pour mettre en œuvre une nouvelle organisation du transport au centre. Au terme de ces 6 mois :

- soit une régie publique sera mise en place de manière « définitive »,

- soit un contrat provisoire sera conclu avec un opérateur choisi par l’autorité, le temps pour cette dernière de relancer une nouvelle procédure de DSP et de choisir un nouveau délégataire pour une dizaine d’années.

Durant ces 6 mois, la CFTU a l’obligation de poursuivre sa mission. Un exercice qui s’annonce périlleux, dans le contexte de l’incapacité du groupement de transporteurs à offrir un service stable, plus encore avec les tensions créées par cette rupture de contrat. Périlleux politiquement, et tendu pour les usagers…

Enfin, bon nombre de personnels actuels de la CFTU devraient reprendre place dans la future organisation… une obligation pour le repreneur de l’activité. Des éléments qui feront sans doute l’objet d’interprétations et d’âpres discussions. Le minimum étant que les personnels « nécessaires » à l’exécution de la DSP (telle qu’elle avait été conçue à son attribution) soient repris.

@polpubliques