Mis en cause pour n’avoir pas répondu à Médiapart dans le dossier Ceregmia, Victorin Lurel a orienté les regards vers son collègue président de la Région Martinique, pointant la « lourde insistance » de Serge Letchimy pour le maintien des dossiers de subventions européennes du laboratoire de l’UAG.

Mais dans ce dossier Ceregmia, visiblement brulant, où chacun tente d’amoindrir ses erreurs et responsabilités en soulignant celles d’un autre intervenant, nous avons immédiatement reçu, dès notre publication d’hier un courrier signé de Victorin Lurel, en sa qualité de président de région et gestionnaire des dossiers européens « Interreg », adressé à Pacal Saffache, alors président de l’université.

Un document dans lequel il consent à reprogrammer l’examen d’une subvention au Ceregmia, à certaines conditions… parmi lesquelles le retrait de la requête de Philippe Edmond-Mariette. L’avocat de l’UAG y dénonçait les conditions de déprogrammation du dossier Ceregmia par la Région Guadeloupe, et annonçait une demande d’indemnisation pour le « préjudice moral et financier » subi.

p1p2

 

Photo : Au centre, de gauche à droite, Fred Célimène et Pascal Saffache