Sous un titre accrocheur – « Université Antilles-Guyane: les fonds européens ont été siphonnés à grande échelle » –  c’est une longue enquête que publie aujourd’hui le site d’information Médiapart. Au coeur du sujet, l’Université des Antilles et de la Guyane, et en particulier son laboratoire Ceregmia, dirigé par le professeur Fred Célimène. Une enquête à charge pour ce dernier, ainsi que pour toutes les personnes et instances mentionnées par le journal, à l’exception de l’actuelle présidente de l’université Corinne Mencé-Caster, et d’une précédente présidente Jacqueline Abaul, épargnées par les soupçons de complicité active,  passive, ou de laxisme. Mediapart liste les irrégularités pointées par les rapports successifs, et celles observées par sa propre journaliste, quant à l’utlisation de millions d’euros de fonds publics et notamment de subventions européennes. Le site s’interroge également sur l’absence de réaction de toutes les instances – de la Région Martinique à la Justice en passant par les services de contrôle des fonds européens à la Préfecture – autour d’un dossier pourtant signalé. Les éléments recueillis sont également aux mains de la justice. Les explications des principaux concernés, également entendus par le site et répercutés dans l’article, suffiront-elles à convaincre les juges ?

La totalité de l’article ici http://www.mediapart.fr/journal/france/190514/universite-antilles-guyane-les-fonds-europeens-ont-ete-siphonnes-grande-echelle