La présidente de l’université est décidée à faire appel de la décision de la commission de jugement de l’université de Toulouse. Cette dernière – qu’elle avait sollicitée pour examiner de manière dépaysée une éventuelle suspension ou révocation des trois enseignants mis en cause dans le dossier Ceregmia, et dans les faits de harcèlement vis à vis de la présidente de l’université – a très légèrement sanctionné les concernés [lire notre analyse « Ceregmia : Ce qu’indiquent les jugements de Toulouse »].

Au-delà, la présidente de l’université doit aussi faire face au retour sur le campus de Schoelcher des trois enseignants, qui ont immédiatement après la décision repris leurs postes. Un retour que conteste Corinne Mencé-Caster, qui considère que son arrêté pris le 29 Mai dernier, et qui interdit l’accès de l’université aux trois concernés pour un mois, est toujours de mise. La présidente de l’université qui en appelle aux services de police pour faire appliquer son arrêté.

@polpubliques