Les entrepreneurs de transports scolaires de la Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique exigent d’être payés intégralement par la collectivité pour les mois de février et mars 2009, malgré leur absence d’activité durant les 38 jours de grève générale. Ils entament ce mardi leur second jour de grève sur le réseau.

Les transporteurs considèrent qu’ils effectuent un service d’utilité publique, et qu’ils doivent être rémunérés au même titre que le sont les agents de la CACEM. Ils soulignent également que les charges auxquelles ils ont à faire face ont continué à courir durant le mois et demi de grève.

Un mouvement qui survient peu de temps après que le Conseil Général de la Martinique ait accepté de payer à 100% « ses » transporteurs scolaires interurbains, alors que la CACEM proposait à ceux du centre une prise en charge de 50% de cette période.