Lettre ouverte du collectif Préservons le patrimoine de la baie de Fort-de-France au Président de Région - Dans la baie de Fort-de-France, non loin de l’Atrium où le Président Hollande lançait l’appel de Fort-de-France, se trouvent des coraux voués à la destruction par les autorités avec, nous semble-t-il, votre bénédiction.

Pourtant, vous le savez certainement, les coraux jouent un rôle écologique fondamental, notamment dans les problématiques posées par le réchauffement climatique: ils absorbent de quantités importantes de CO2 tout en protégeant les côtes menacées par l’érosion et le risque accrue d’incursion des eaux.

Et l‘ONU a alerté les Etats de la Caraïbe sur la situation critique de leurs coraux et les conséquences catastrophiques de leur disparition pour nos économies insulaires. Au sujet de cette destruction corallienne, la Ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a déclaré le 31 août 2015:

« Il n’est pas possible de détruire les coraux, parce que c’est l’équilibre naturel qui est menacé et derrière l’équilibre naturel, c’est l’avenir de l’humain qui est en cause. Le Président Letchimy va faire une réunion pour voir si les matériaux ne peuvent être pris dans une carrière traditionnelle plutôt que d’être arrachés dans les fonds marins. »

Or, la rencontre du 19 décembre 2014 qui s’en est suivie ne s’est résumée qu’à des promesses verbales de la part du Port et de la Préfecture et à leur refus de s’engager sur ces promesses. Ils ont même refusé de communiquer le moindre document, ne serait-ce qu’un simple descriptif de ce « nouveau projet » dont ils ont tant parlé dans les médias. Ce « nouveau projet » n’a aucune réalité légale. L’autorisation de destruction des coraux est toujours en vigueur. Le Port et la Préfecture ont donc été complètement opaques et hermétiques et n’ont pas joué le jeu de la concertation.

Nous avons peine à croire qu’une même personne puisse organiser un sommet international pour se prémunir contre les effets du changement climatique tout en permettant la destruction de rempart naturels contre ces mêmes dangers ! Comment demander aux autres pays des sommes colossales pour nous protéger, alors que nous détruisons sciemment nos propres défenses naturelles ?

De plus, les coraux dont la destruction est programmée par les autorités appartiennent à la caye de la Grande Sèche, un site unique à la Martinique pour sa richesse en espèces rares et menacées. Ainsi un réservoir de biodiversité sans équivalent à la Martinique et un rempart contre les effets du réchauffement climatique va être utilisé comme une vulgaire carrière de chantier gratuite.

Nous vous rappelons que les solutions alternatives existent et qu’en plus de respecter l’environnement et la loi, elles soutiennent l’emploi qui semble être une de vos priorités. Il s’agit de l’utilisation de déchets du BTP et/ou de l’extraction de matériaux de carrières.

Mr le Président, nous vous lançons donc l’appel de la Baie de Fort-de-France :

Si vous êtes au service de la Martinique, sa population, son économie et son environnement,

Si vous souhaitez un développement durable de la Martinique, c’est-à-dire un développement économique qui ne solde pas celui des générations futures,

Si vous êtes partisan de la démocratie participative,

Alors nous pourrons nous réunir à nouveau pour, cette fois-ci, de réelles concertations visant à trouver les meilleures solutions pour notre environnement menacé par le réchauffement climatique, tout en favorisant l’emploi, des concertations débouchant sur des engagements fermes et officiels.

Mieux que les promesses, Mr le Président, les actes !

Nous vous prions, Monsieur Le Président, de recevoir l’expression de nos salutations d’écologistes martiniquais.

Pour le Collectif « Préservons le patrimoine de la baie de Fort-de-France »/ Le Président de l’ASSAUPAMAR Henri LOUIS-REGIS

P.S. : Nous n’avons reçu aucun document relatif au « nouveau projet » malgré nos demandes au Port et à la Préfecture, pourriez-vous leur conseiller d’être plus coopératifs ? Merci.

Pour protéger nos coraux, n’oubliez pas de signer et faire la pétition !