Communiqué de Bruno Nestor Azérot - J’ai entendu sur les ondes de la radio RCI, lors de l’émission Lignes de mires du 15 novembre 2015, les propos d’Alfred MARIE-JEANNE interrogé par Eddy MARAJO et Jean-Marc PULVAR.

Le responsable du « Gran Sanblé », qui pourtant sollicite les suffrages des Martiniquais et notamment des Samaritains, et devrait peser ses propos et vérifier ses sources, avance des arguments totalement faux et irresponsables que je tiens à dénoncer fermement.
Il soutient que je lui ai demandé de se présenter. Ceci n’a jamais été le cas. Depuis deux ans, je rappelle la même chose à chaque fois que j’en ai l’occasion : je ne suis pas candidat à la CTM, et si je l’étais cela aurait été dans le cadre d’un binôme avec mon ami Jean-Philippe NILOR. C’est dans cette option qu’Alfred MARIE-JEANNE et Claude LISE auraient pu s’associer à cette dynamique de renouvellement politique dans l’intérêt de la Martinique et de son avenir.
Alfred MARIE-JEANNE et Claude LISE ont préféré choisir leurs intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général. C’est leur droit. C’est le mien de ne pas cautionner ce ticket politique du passé et du passif !

Il soupçonne que ma prise de position « viendrait d’en haut »… Alfred MARIE-JEANNE semble appuyer ses propos en avançant que je serais un « agent de VALLS ». Je ne suis l’agent de personne, sauf des Samaritains qui m’ont élu et m’ont fait l’honneur de me reconduire à la mairie de Sainte-Marie avec 74% des voix. Alfred MARIE-JEANNE, quitte à entendre des voix, aurait dû entendre celles-ci, bien réelles…

Assez sournoisement, il avance comme argument suprême que j’aurais engagé en stage à Sainte-Marie le fils de Manuel VALLS. Outre le fait qu’il s’agit d’un propos totalement infondé et déraisonné, je souhaite lui faire savoir que je suis libre, quoi qu’il en soit, de prendre qui je veux en stage et n’ai pas de compte à lui rendre. Par ailleurs, on ne peut à mon sens avoir un pied dans la République et un autre en dehors… En effet, j’ai obtenu pour des jeunes Martiniquais des stages dans des entreprises en France hexagonale et je suis tout à fait reconnaissant aux chefs d’entreprise métropolitains lorsqu’ils prennent des jeunes Martiniquais en stage. Et c’est là l’une des missions premières du Député. La réciproque doit donc aussi être possible.

Alfred MARIE-JEANNE affirme que ma suppléante au Conseil général, Madame Paulette BERIMEY, aurait demandé d’être seconde sur la liste. C’est exact, et cela a été fait après un vote massif de nos militants du Mouvement d’Initiative Populaire (MIP). Mais seule la quatrième place lui a été proposée, et il n’a jamais été question à quelque moment que ce soit d’accepter autre chose…

En fait, en mettant une opposante falote de Sainte-Marie en seconde position sur sa liste dans le Nord, Alfred MARIE-JEANNE et Claude LISE ont voulu délibérément s’opposer aux Samaritains et à leur maire qui ont déjà réglé ce problème en son temps, par les urnes. Cette fois encore, il le sera par les urnes une fois pour toutes.
Je confirme en effet que je demande à toutes les Samaritaines et tous les Samaritains, et à toute la population du Nord de la Martinique, de s’opposer à la liste du Gran Sanble conduite par Alfred MARIE-JEANNE et Claude LISE.

Certes la politique est un combat. Mais tout ne peut y être accepté, et la dignité et la responsabilité sont nécessaires.
Je crois en des valeurs qui m’éloignent de fait de ces malversations et propos insidieux. Je tente pour ma part d’être digne et responsable de la confiance que les Martiniquais me font. Je suis intervenu sur les algues Sargasses, sur les mutations de fonctionnaires, sur les investissements des entreprises martiniquaises. Je tente de développer notre ville en ouvrant des chantiers et en favorisant l’activité et l’emploi, notamment des jeunes. J’interviens sur le budget de l’agriculture, celui des Outre-mer, sur les attentats, sur la petite enfance et la lutte contre la maltraitance, les inondations ; bref, je tente de répondre concrètement aux problèmes concrets de mes concitoyens.

Faire de la politique, pour moi, c’est cela. Ce n’est pas jeter en « ba faye », insidieusement, l’opprobe et la suspicion, ou de fausses nouvelles. Ceux qui font cela ne peuvent être appelés à représenter les Martiniquais qui aspirent précisément à un engagement responsable de leurs représentants.
Je remarque que, bien que n’étant pas candidat, tout un chacun veut m’impliquer et impliquer la population du Nord à l’occasion de ces élections à la CTM. Mais la population du Nord n’est pas à vendre ! Nous saurons résister et agir en conscience.

Quant à moi, je suis un homme libre, qui entend le rester, et je n’ai pas à m’inféoder à qui que ce soit…

Pour l’heure donc, le MIP se mobilisera très activement lors des prochains jours pour barrer la route aux derniers feux de la médisance et de la médiocrité.
Une nouvelle ère doit commencer, et nous appelons tous les Martiniquais qui le souhaitent à se rassembler autour de nos idéaux : Liberté, égalité, fraternité !

Bruno-Nestor AZEROT

Député de la Martinique

Maire de Sainte-Marie

Président du Mouvement d’Initiative Populaire

 

Inscrivez-vous à notre Newsletter

Veuillez patienter...

Merci de votre inscription !