Mise au point – Marcellin Nadeau – Nou pep La | Dans les colonnes du média en ligne « MONTRAY KREYOL », il m’est reproché d’avoir pris la défense, comme Serge LETCHIMY, de l’ancien directeur du CEREGMIA, Fred CELIMENE ; ce qui selon l’auteur anonyme de l’article (bravo le courage) serait la preuve de mon accointance avec le Président du PPM et ferait de moi un « défenseur de l’indéfendable ».

Soucieux d’une certaine qualité du débat démocratique, je ne verserai pas  dans le style exagérément passionné, bassement propagandiste et pour tout dire manipulateur de certains articles de ce média.

Toutefois, je tiens à affirmer que les propos que j’ai tenus concernant le CEREGMIA et d’autres sujets d’actualité ont pu être entendus par des milliers de téléspectateurs et la vidéo de cette émission pourra être visionnée.

Ainsi, il apparaît très clairement, que je n’ai jamais exprimé l’idée que la sanction infligée à Monsieur CELIMENE serait « trop » sévère. J’ai simplement,  afin d’annoncer le sujet que je proposais à mon interviewer d’aborder, parlé de « la sanction sévère», reprenant ainsi les termes de titres lus ou entendus dans différents médias.

Et, je me suis interdit d’apprécier le caractère juste ou non de cette sanction. Car je reconnais à tout justiciable, par conviction humaniste, le droit d’aller au bout de ses droits de défenseur.

Par contre, j’ai très clairement affirmé que si ces faits étaient avérés qu’ils devraient être sanctionnés à hauteur de leur gravité.  Et,  il est vrai que les faits reprochés à l‘ancien directeur du CEREGMIA  sont d’une particulière gravité.

J’ai ajouté, par ailleurs,  que les sanctions devraient tomber, car la corruption, en dehors de tout aspect éthique, est un frein important au développement d’un pays.

Une fois la vérité de mes propos rétablie, je tiens à lancer un appel à tous les partisans enclin au dogmatisme qui s’enflamment assez facilement sur les réseaux sociaux, afin qu’ils ne se laissent pas enfermer dans ce bocal ou cette nasse de la bipolarisation fanatique qui leur fait perdre tout sens critique et toute inclinaison au sentiment de justice, lorsqu’ils cautionnent en surenchérissant des propos mensongers et démagogiques.

Le souci légitime de vérité auquel ils aspirent pour l’affaire du CEREGMIA ou lorsque l’un des membres de leur camp est poursuivi est valable pour toutes et pour tous.

« Sa ki bon pou zoi, bon pou kanna. »

Ce pays a besoin d’un débat démocratique basé sur des convictions politiques et idéologiques fermes, claires qui ne soient pas toujours au cœur des « cancans sans manman » auxquels se livrent les deux camps de la bipolarisation. Ce faisant, ce débat doit se développer dans un cadre apaisé.

Oui, nous refusons cette violence circulaire entre martiniquais qui trop souvent tient lieu de débat et dont l’objectif est strictement et bassement électoraliste.

Nous refusons, également, qu’on nous somme de choisir l’un ou l’autre de ces deux camps et qu’on nous dicte les modalités et le style de notre implication dans le débat public.

Pour avoir eu à constater les dérapages dans la presse et sur les réseaux sociaux de gens qui pourtant s’arrogent la qualité d’intellectuel, je veux très clairement affirmer que l’objectif de NOU PEP LA loin des joutes polluées et des polémiques  stériles, est de contribuer à préparer le projet alternatif dont ce pays a besoin.

Pour finir, je voudrais indiquer aux propagandistes fanatiques de MONTRAY KREYOL que tout en refusant de tomber dans leur panneau « kankannié », restant en cela fidèle à notre principe du « zéro cancan », nous nous réservons le droit de prendre attache auprès de nos conseils pour savoir quelle serait la meilleure attitude à adopter face à ces attaques répétées, face à ces propos injurieux, face à ces déclarations diffamatoires, et d’user de tous les moyens de droit pour les ramener à un minimum d’éthique et à la raison démocratique.

A bon entendeur anonyme, salut !

Marcellin NADEAU le 14 juin 2016