Les manifestations étaient nombreuses pour marquer cette date clef de l’Histoire de la Martinique. Le 22 Mai 1848, les esclaves se soulevaient depuis Saint-Pierre et le Prêcheur, arrachant cette liberté tant attendue. Depuis, associations, collectivités et particuliers célèbrent cette date, à travers des manifestations culturelles organisées, ou spontanées.

Le rassemblement organisé par les membres de l’association « twami » au centre du rond point du Viet Nam héroïque est désormais l’un des temps forts de ce 22 Mai. Un engouement qui ne se dément pas. Des centaines de martiniquais se succèdent dans ce lieu central pour jouer au tambour, chanter, danser, ou plus simplement témoigner par leur présence de l’importance de cette date.

Au-delà, des commémorations, légitimes pour la plupart, les désaccords restent profonds sur les « suites » à donner. Les réparations font notamment débat, entre ceux qui les voudraient symboliques, ceux qui en attendent des retombées pécuniaires ou en termes de développement, et ceux qui considèrent le sujet tout simplement mortifère. 168 ans après l’abolition, le consensus est encore loin sur ce sujet.

@polpubliques