Le député de la Martinique Jean-Philippe Nilor interpellait la ministre de la justice le 20 mai 2014, sur la surpopulation carcérale, l’insécurité et l’insalubrité dans l’enceinte de la prison de Ducos (lire la question de JP Nilor ici), l’un des établissement les plus surpeuplés de France, avec près de 1000 détenus pour 569 places.

La réponse de la Ministre, publiée au Journal Officiel le 25 novembre 2014

Des efforts continueront à être faits en faveur de l’immobilier pénitentiaire Outre-mer dans le cadre du budget triennal 2015-2017. Les choix de programmation seront ajustés au regard des conclusions du rapport Problématiques pénitentiaires Outre-Mer qui a été remis aux ministres de la Justice et des Outre-Mer le 8 juillet 2014. Ce rapport est le fruit d’un travail de plusieurs mois d’un groupe de travail regroupant des parlementaires de la majorité et de l’opposition, des professionnels et des représentants de l’administration. A titre liminaire, la garde des sceaux, ministre de la justice, tient à faire part de son attachement tout particulier à la présence du service public de la justice sur l’ensemble du territoire national, tant en métropole qu’outre-mer. Le centre pénitentiaire de Ducos en Martinique fait l’objet de toute l’attention de la ministre. Elle a notamment diligenté en 2013 une mission destinée à évaluer les difficultés de prise en charge de la population pénale au sein de cet établissement pénitentiaire. Ainsi, à la suite du rapport de cette mission rendu en juin 2013 et à l’occasion de son premier budget triennal 2013-2015, la ministre a fait financer une opération d’extension de 160 places et de rénovation des services communs de l’établissement, dont le montant global s’élève à 36 millions d’euros. Par ailleurs, le plan de sécurisation des établissements pénitentiaires d’un montant de 33 millions d’euros, décidé par la ministre le 3 juin 2013, concerne le centre pénitentiaire de Ducos à plusieurs titres : un portique de détection de masse métallique supplémentaire a d’ores et déjà été installé et mis en service aux parloirs ; des travaux seront réalisés jusqu’en 2016, pour un montant global de 180.000 euros, consistant en la pose de murets et de bardages, afin de lutter contre les projections. En outre, un important projet immobilier, démarré en octobre 2011 et actuellement en cours, inclut la restructuration/rénovation complète d’un grand nombre de secteurs, comprenant les greffes, l’administration, les vestiaires, la cuisine, le magasin, mais aussi l’unité de consultation et de soins ambulatoires et le service médico-psychologique régional de l’établissement, ainsi que les ateliers de production et de maintenance.