Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki Moon, s’est rendu le 14 juillet dernier à Haïti pour une visite officielle de 48 heures.

Accueilli par le premier ministre Laurent Lamothe, ils se sont rendus dans la ville de Hinche pour le lancement de la campagne nationale d’assainissement dans le cadre de la lutte contre le choléra.

Cette visite s’inscrivaitt dans une démarche d’apaisement, et d’assurance de l’implication de l’ONU dans la lutte contre le choléra, imputé aux casques bleus népalais, alors que la maladie avait disparue du pays depuis 150 ans. Avant son départ, Ban Ki Moon a donc rappelé la « responsabilité morale » de l’ONU d’aider Haïti à mettre fin à cette épidémie. Près de 700 000 personnes sont aujourd’hui malades et on déplore jusqu’à 8 500 décès.

Il doit faire face à une plainte déposée en mars 2014 contre l’ONU, réclamant qu’elle reconnaisse sa responsabilité, indemnise les victimes et assure les soins nécessaires aux malades.

Une seconde visite jugée inutile – car sans réelles solutions pour les victimes – par le Mouvement démocratique populaire (Modep) qui demande un plan de dédommagement des victimes, rejette l’intervention de la Minustah à Haïti et demande le départ de cette dernière.

@polpubliques