Par Didier Rostaing

Ces quelques mots prononcés ce 20 octobre par le Président de Région Guyane, Rodolphe Alexandre, à l’occasion de l’inauguration du nouveau système de liaison permettant aux habitants de communiquer avec l’extérieur, ont sonné comme une véritable révolution dans les habitudes et usages de ces mêmes habitants.

En effet, malgré de nombreuses tentatives pour connecter la commune au reste du monde, les Sauliens demeuraient privés de ce fil d’Ariane, pourtant devenu si commun dans tout le reste du territoire.

Le père Noël de 2008 avait bien apporté dans sa hotte un système de téléphonie par Internet qui s’est rapidement trouvé saturé et peu efficace, au point que la quasi-totalité des abonnés a depuis résilié l’option « téléphone », revenant au temps de la préhistoire des télécommunications.

C’est donc avec une réelle satisfaction que la plupart des Sauliens a appris la mise en place de ce nouvel outil, le jour même de son inauguration…

 

Malheureusement, aucun citoyen de la commune n’a été invité à cet événement, résultat d’une procédure longue, complexe et ayant certainement mobilisé des fonds publics. C’est en comité restreint et au pas de course que le Président de Région, néanmoins accompagné de la presse, a mis en service ce nouveau système.

Je trouve très regrettable que la venue d’une personnalité aussi importante pour l’avenir économique, touristique et agricole soit traitée de façon confidentielle, à l’abri des regards des principaux intéressés, les résidents du village. Chacun sait que la Région, maintenant gestionnaire des fonds européens, et d’ores et déjà fortement impliquée sur les plus gros dossiers, sera le partenaire privilégié, pour ne pas dire exclusif, de tous les projets économiques en cours de gestation.

 

La visite de Monsieur Alexandre aurait pu faire l’objet d’une rencontre, même rapide,  avec les porteurs de projets présents ce jour au village. Il n’en a rien été et je crains qu’il faille attendre fort longtemps avant le prochain déplacement d’un décideur fort médiatique mais bien discret ce jour-là.

 

Suivez-nous sur Twitter @polpubliques