Tribune – Karine Varasse - Le 15 décembre 2014, François Hollande a enfin inauguré le musée national de l’histoire de l’immigration, unique Musée National n’ayant pas été officiellement inauguré dès son ouverture, 7 ans auparavant…étonnant !?

Force est de constater que la question de l’immigration est de plus en plus appréhendée avec précaution, voire frilosité.
Pourtant le droit à émigrer, se déplacer est un droit de l’Homme inaliénable et depuis toujours, depuis que les humains peuplent la terre, les déplacements de ceux qui ne trouvent pas chez eux de quoi subsister existent bel et bien .
…Et je trouve tout cela plutôt naturel, pas vous? !

Émigration qui n’a rien à voir avec la colonisation qui elle, est un processus d’expansion territoriale caractérisé par une occupation, une véritable invasion accompagnée dans les cas les plus sévères, d’assassinats, de massacres ou de génocide des populations autochtones.
Pour rappel, le nombre de victimes de la colonisation européenne en Asie, en Afrique et en Amérique au cours de la seconde partie du 19ème siècle tourne autour de 80 millions et le nombre de déportés africains vers le continent américain s’élève à près de 30 millions.
…Autrement plus grave non ?

L’émigration est donc un droit naturel, souvent un combat pour la survie, cependant, de nombreux fantasmes perdurent d’où l’importance, je crois, de se fonder sur des constats objectifs.

1) En cherchant un peu dans les enquêtes officielles, nous apprenons que la proportion d’immigrés dans la population française est d’environ 8,6%, (chiffre stable depuis les années 70, et oui, certains rentrent mais d’autres partent ou meurent).
Voici les pourcentages pour 2012:
Amérique + Océanie. 6%
Pays d’Asie. 12 %
Afrique subsaharienne. 10,6 %
Maghreb. 25,5 %
Europe. 45,9%
La France accueille, depuis 10 ans, environ 200 000 immigrés par an, soit la proportion la plus faible d’Europe, rapportée à la population et la majorité d’entre eux ne vient pas d’Afrique, mais d’Europe, et oui, la majorité des immigrés restent en général sur son continent !

2) Il faut également savoir qu’en remontant sur 3 générations, un Français sur quatre compte dans sa famille un ancêtre d’origine étrangère.
En effet, en 2015, entre 12 et 14 millions de Français, soit entre 18 et 22 % de la population totale, ont au moins un de leurs grands-parents né dans un territoire non européen.
Ah sachez également que plus on remonte dans le temps, plus cette proportion s’accroît !
…Donc, si l’on faisait passer à tous les « bons Français de souche » (l’expression « français de souche » n’ayant comme on l’a vu pas grand sens), un examen généalogique répondant aux critères de certains hommes ou femmes politiques, combien devraient faire leurs valises ?

3) Ensuite, savez vous que près de 2 millions de français vivent à l’étranger. Ils sont donc à leur tour des émigrés.
La France a signé des accords et conventions avec de nombreux pays notamment en Afrique stipulant que chacun des ressortissants des pays signataires bénéficie dans le pays hôte de la législation du travail, des lois sociales et de la Sécurité Sociale au même titre que les nationaux.
C’est donc de la réciprocité et les Français à l’étranger sont eux aussi pris en charge par leurs pays d’adoption !
…Pourquoi ne nous le dit on pas ?

4) Puis un point important : les immigrés sont une très juteuse affaire pour l’économie française : en effet, ils reçoivent de l’Etat 47,9 milliards d’euros, mais ils reversent 60,3 milliards.
Ainsi, les immigrés rapportent un solde très positif de 12,4 milliards d’euros.
Une équipe de chercheurs de l’université de Lille, sous la direction du Pr Xavier Chojnicki, a réalisé pour le compte du ministère des Affaires sociales une étude sur trois ans, sur les coûts de l’immigration pour l’économie nationale.
De ces 47,9 milliards d’euros que coûte l’immigration au budget de l’Etat nous pouvons lister les postes suivants:
Retraites, 16,3 milliards
Aides au logement, 2,5 milliards
RSA, 1,7 milliard
Allocations chômage, 5 milliards
Allocations familiales, 6,7 milliards
Prestations de santé, 11,5 milliards
Education, environ 4,2 milliards.

Cependant, les immigrés reversent donc à l’Etat, par leur travail, des sommes beaucoup plus importantes : 60,3 milliards répartis comme suit:
Impôt sur le revenu, 3,4 milliards
Impôt sur le patrimoine, 3,3 milliards
Impôts et TVA, 18,4 milliards
Impôts locaux et autres, 2,6 milliards
CRDS et CSG, 6,2 milliards
Cotisations sociales, 26,4 milliards.

5) Enfin, il est indéniable que les immigrés ont beaucoup occupé dans le temps, la majorité des emplois dont les Français ne voulaient pas.
C’est encore un peu le cas et pourtant la plupart d’entre eux est très diplômée.
63 % des immigrés arrivés en France en 2012 sont au moins titulaires d’un diplôme équivalent au baccalauréat. Les moins diplômés sont les Portugais et les Turcs.

6) les Français ne doivent jamais oublier que la France est le résultat de ces cultures venues d’ailleurs pour écrire l’Histoire de France (pas toujours très belle au demeurant).
Car l’immigration ne doit pas être pensée en des termes uniquement économiques ou raciaux mais également en termes d’apports (culture, philosophie, littérature, arts, sports…)

Malgré toutes ces données, il y a toujours eu des démagogues malhonnêtes pour distiller et attiser les haines, jouer sur les peurs et « identifier » des boucs émissaires pour tous les maux de la société.

Le racisme et la xénophobie demeurent malheureusement le levier favori de certains politicards.

Pourtant, il est prouvé que les immigrés sans cesse accusés d’être des « profiteurs du système « , contribuent beaucoup plus aux comptes de l’état qu’ils n’en bénéficient…mais il semblerait que l’on préfère l’oublier ou le taire !!!!

 

Vous aussi partagez vos opinions sur Politiques Publiques. Adressez-nous vos textes à contact@politiques-publiques.com