« Singe, les dangers de la banalisation des esprits » est le nouvel ouvrage engagé du journaliste et écrivain Serge Bilé. Rédigé en ces temps de banalisation du racisme, l’ouvrage, co-écrit avec Audifac Ignace, paraît ce vendredi 29 novembre 2013. Il est le nouvel élément d’une bibliographie riche qui compte plusieurs ouvrages sur la place des noirs dans l’histoire : « sombres bourreaux », « Blanchissez-moi tous ces nègres », « Les profs antillais et africains face au racisme » etc.

|Résumé du livre

« Des cris de singes et des bananes jetées à des footballeurs et à des ministres noirs, c’est le nouveau visage du racisme européen. Un racisme décomplexé, brutal, assumé par leurs auteurs et relayé désormais par des enfants. Leurs cibles ont pour nom Christiane Taubira, Cecile Kyenge, Paul Pogba, Bafétimbi Gomis, Samuel Eto’o, ou Mario Balotelli. Mais derrière ces célébrités, il y’a l’immense foule des anonymes, ostracisés et discriminés au quotidien, pour leur couleur de peau. Si ce vent mauvais a de quoi inquiéter, en France, en Espagne, en Allemagne, ou au Pays-Bas, le cas de l’Italie est bien plus préoccupant, avec son cortège de violences et de meurtres racistes. Sans parler du refus d’une partie de la population, encouragée par les partis d’extrême droite, d’accepter qu’on puisse être italien et noir. Ce racisme, aux relents simiesques, est certes plus audible et visible aujourd’hui, mais il n’est pas nouveau. Il s’enracine, en fait, comme le montre ce livre, dans de vieux clichés, colportés autrefois par les premiers explorateurs sur les Africains. Il fait également écho aux théories farfelues des scientifiques d’hier, selon lesquelles les Noirs et les singes ne font en réalité qu’un »|

* Journaliste, Serge Bilé officie depuis plusieurs années en télévision à Martinique Première