La chroniqueuse et chef d’entreprise avait pris la défense de Willy Sagnol sur le plateau de D8, contredisant notamment Audrey Pulvar : « On fait des polémiques avec tout et avec rien. Il a été maladroit, peut-être. On ne peut pas faire le procès à Willy Sagnol d’être raciste. Je n’y crois pas une seconde. Que le joueur africain ne soit pas cher, c’est une vérité. Que le joueur africain soit puissant, on le sait. Il ne dit à aucun moment que les noirs ne sont pas intelligents. Faut arrêter de sortir les phrases des contextes parce que j’imagine une seconde ce qu’il est en train de vivre, ce type qui joue tous les jours avec des noirs aussi. » (…) « Moi je ne sais pas si Willy Sagnol est raciste ou pas raciste. Ce que je trouve maladroit, c’est les généralités. (…) Moi, je n’aime pas cette façon de dire ‘les Africains dans leur globalité. C’est des grands poncifs, des grands stéréotypes. Et ça, ça a en effet une connotation raciste »  (…) « Arrêtons de lui faire un procès pour rien » Mais Hapsatou Sy est revenue peu après sur ses propos, sur les réseaux sociaux, indiquant qu’elle n’avait alors entendu qu’une partie des propos de l’entraineur des girondins sur le « joueur typique africain ».  

 

« Je souhaite revenir sur mes propos concernant la polémique autour de Willy Sagnol et de ses propos.
Tout d’abord je souhaite préciser que l’interview qui m’a été remise et que j’ai lu et vu quelques minutes seulement avant l’émission était tronquée et ne contenait pas l’intégralité de ses propos.
Je souhaite donc nuancer ma colère de mercredi dernier où j’ai défendu Willy Sagnol en précisant ma position, non pas parce qu’elle a heurté un grand nombre de personnes mais parce que ce n’est profondément pas ce que je pense à la lecture et à la vue complète de son interview.

J’ai en effet plaidé la maladresse parce qu’il me paraissait assez évident qu’un ancien footballeur de l’équipe de France qui a collaboré avec des africains, avec tout ce qu’une équipe de foot véhicule comme valeurs nobles (notamment de solidarité, et de collectif) ne pouvait pas être raciste. Qu’un coach qui sait mettre ses hommes en avant, TOUS ses hommes et notamment ceux d’origine africaine, ne pouvait pas être raciste.

En sortant du plateau, je n’avais pas conscience d’avoir blessée tant de personnes qui elles, avaient vu l’interview en entier.
Interpellée par plusieurs d’entres vous et par conscience professionnelle, j’ai tenu absolument à regarder l’intégralité de l’interview aujourd’hui. Et j’ai été stupéfaite et meurtrie de constater que dans les secondes qui suivent l’extrait que nous avons diffusé, W. Sagnol oppose en réalité joueurs de type africain, aux joueurs nordiques…
Des clichés que je juge bien évidemment inacceptables, condamnables et racistes.

Cependant, je ne peux pas non plus accepter que l’on mette tout le monde dans le même sac, tous unis par le terme de raciste à la moindre ignorance ou maladresse.
Il ne s’agit donc pas à mon sens, de mettre Willy Sagnol dans le même sac qu’un Eric Zemmour ou q’un Jean-Marie Le Pen.
Comme le dit très justement Pape Diouf en parlant de racisme ordinaire et de racisme organique.

Je pense qu’il faut respecter que nous n’ayons pas tous la même stratégie pour combattre le racisme. La mienne est de revendiquer que ma couleur de peau n’est pas un problème, d’agir dans le concret et non seulement dans le bruit.
Ce qui m’intéresse au fond ce n’est pas ce que Willy Sagnol pense des noirs, mais ce que le noir pense de lui même. Car j’ai toujours dit que si les gens pensaient que je n’était pas leur égal, je leur opposerai mon indifférence et mon mépris. Car seul ce que je pense de moi-même compte. Et si je pense que je suis l’égal de l’autre, alors je n’ai aucun problème avec ce qu’il pense, je suis bien avec moi-même.

Les insultes reçus sur mon mur et sur Twitter m’ont profondément choqué. Je les reprends ici volontairement, et je ne les tolère pas non plus.
« Hapsatou Sy mérite la pendaison »
« Si j’étais son père, je lui ferais subir l’inceste »
« négresse de maison »
« chienne de négresse »

Contrairement à ce qui est dit, je ne les ai pas tous supprimés, et en ai laissé une grande partie sur mon mur mais j’ai effectivement supprimé ceux qui étaient au-delà du supportable.
Vous avez le droit de vous exprimer sur mon mur, avec respect. Je vous ai tous lu.
Je n’ai jamais eu et n’aurais jamais la prétention de représenter toute une communauté. D’ailleurs de quelle communauté parle t’on ?
Celle des noirs ? celle des africains ? celle des sénégalais ? celle des peulhs ???
Malgré cette polémique, comptez sur moi pour conserver intacte ma liberté de penser. Nous ne serons sûrement pas toujours tous d’accord, mais j’espère que le débat nous fera progresser.

Ma solidarité est d’abord humaine, car celle-ci est notre point commun à tous.
Je présente mes profondes excuses à ceux que j’ai offensé ou blessé par ma réaction. »