Le sénateur et président de la Polynésie française, Gaston Flosse, a été mis en examen pour complicité de favoritisme et trafic d’influence passif.

Entendu pendant trois heures par un juge d’instruction du tribunal de Papeete, il a été placé en garde à vue dans les locaux de la brigade de recherche de la Gendarmerie. Il est soupçonné d’avoir fait attribuer en 2003 un contrat de 42 millions d’euros pour la construction de lots du chantier du Centre hospitalier de Taaone, sans appel d’offres, à un chef d’entreprise, Robert Bernut, en échange d’un hôtel vendu à un prix dérisoire à son fils, Reginald Flosse. Ces deux derniers sont déjà poursuivis dans ce dossier et placés sous contrôle judiciaire depuis février dernier.

Dans le cadre de cette affaire, l’immunité parlementaire du sénateur Gaston Flosse avait été levée en avril dernier, à la demande du juge d’instruction Stelmach, qui est à l’origine de cette enquête.

Gaston Flosse a été rendu inéligible le mois dernier par la Cour de cassation dans une affaire d’emplois fictifs et condamné à quatre ans de prison avec sursis et trois ans d’interdiction de ses droits civils, civiques et de famille, pour prise illégale d’intérêts, le président attend une décision de la Cour d’appel de Papeete auprès de laquelle il a effectué une demande pour relèvement de peine.

@polpubliques