Le premier ministre a consulté toute la journée de lundi 25 août 2014 pour constituer son nouveau gouvernement. Peu avant, Manuel Valls avait présenté la démission de son gouvernement à François Hollande, suite aux critiques émises ce week-end, en pleine fête de la Rose, par Arnaud Montebourg et Benoît Hamon quant à la politique économique de l’exécutif.  La nouvelle équipe pourrait conserver l’essentiel des ministres déjà présents, mais écarter les frondeurs et leurs supporteurs, parmi lesquels Aurélie Filippeti ou Christiane Taubira, et également permettre le retour de ministres d’ouverture, issus des verts ou du Centre.

Une épreuve dont François Hollande et Manuel Valls se seraient bien dispensés à quelques jours de la rentrée, et qui leur impose de recomposer un gouvernement dans une majorité déjà très fragile. Une fragilité et une insatisfaction des forces de gauche dont Arnaud Montebourg a décidé de tirer parti, en affirmant sa ligne, se pré-positionnant ainsi nettement pour les primaires de 2016, et la présidentielle de 2017.

@francksr   @polpubliques