L’arrivée au pouvoir de Barack Obama en 2008, puis sa réélection en 2012 n’auront rien changé à l’injustice faite à Mumia Abu Jamal. Le militant des droits civiques est accusé du meurtre d’un policier en 1981 lors d’un contrôle routier à Philadelphie, malgré les incohérences de l’enquête, l’absence de preuves avérées et les versions des témoins qui divergent. Un meurtre qu’il continue de nier depuis 1982, date de son emprisonnement. Sa condamnation a mort a été commuée en 2011 en prison à perpétuité.

Gravement amaigri depuis le début de l’année par manque de soins suite à des infections (eczéma, allergies…) contractées en prison, Mumia Abu Jamal ne bénéficie pas de soins adaptés à sa situation.

Une pétition exigeant la libération de Mumia Abu Jamal circule sur les réseaux sociaux, relayée en Martinique par le comité local qui s’est saisi d el’affaire il y a quelques anées : https://www.change.org/p/release-mumia-abu-jamal