La marche organisée par le collectif des 500 frères ce mardi 21 mars 2017 à Kourou a été dispersée à coup de gaz lacrymogènes par des forces de l’ordre venues en nombre. Plusieurs élus venus tenter une médiation et faciliter le dialogue ont été visés, comme les membres de la presse présents, par les tirs de grenades de gaz des gendarmes mobiles.

Le collectif souhaitait un entretien avec le directeur du CNES. Une charge qui provoque la colère de manifestants qui rappellent leur opposition à la violence, et appellent de nombreux guyanais à venir les rejoindre sur le site.

Présent sur le site, Jean-Etienne Antoinette, ancien sénateur-maire de kourou a regretté l’absence de dialogue, la disproportion des forces utilisées par les gendarmes, et la manifestation d’une sécurité « deux poids deux mesures » en Guyane.