Les propos répétés par Nicolas Dupont-Aignan fin 2014, puis suite aux attentats de novembre avaient provoqué la colère de nombreux citoyens. En particulier ceux attachés à la Guyane, où le Député proposait que soient renvoyées les personnes liées aux affaires de terrorisme. « Réouvrir le bagne », telle était la proposition du député de l’Essonne. Une proposition qui a fait l’objet ces derniers jours d’une plainte de l’association des maires de Guyane, pour propos stigmatisants et diffamatoires. Une plainte qui aura sans doute contribué au rétropédalage de l’élu, qui tente dans un communiqué d’infléchir ses précédentes prises de position.

Communiqué : Nicolas Dupont-Aignan précise ses propos sur Cayenne

Face au fléau du fanatisme à caractère sectaire, notre société a le devoir d’apporter des réponses et sans concession aucune.

Le 20 novembre 2014, afin d’illustrer ma volonté de voir la République se défendre, j’ai proposé d’éloigner les djihadistes de retour en France sur un territoire éloigné.

Pour illustrer mes propos, j’ai fait à l’époque référence à notre ancien bagne de Cayenne, quand la République savait se défendre.

Loin de moi l’idée de mépriser nos concitoyens guyanais, qui n’ont jamais été assimilés aux bagnards puisque tout au contraire, ces derniers venaient de métropole. J’ai parlé du bagne de Cayenne car il symbolise dans l’imaginaire collectif la capacité de notre République à se séparer de ceux qui la menaçaient.

J’ai bien précisé dans mes interventions que le nouveau Cayenne pourrait se situer sur un autre territoire que celui de la Guyane. Il y a suffisamment d’ilots perdus où nous pourrions créer un centre de rétention qui respecte les droits de l’homme mais qui permet d’isoler des individus dangereux.

Être un citoyen français, que l’on soit d’Outre-mer ou de métropole, ce n’est pas seulement avoir des droits. C’est aussi avoir le devoir de défendre son histoire, ses valeurs, et ses concitoyens. Porter les armes contre son pays, c’est ne plus mériter d’en faire partie.

Il nous faut d’urgence appliquer cette assignation à résidence en territoire éloigné pour assurer la sécurité des Français.

Nicolas Dupont-Aignan
Député de l’Essonne
Président de Debout la France