C’est France-Antilles Guadeloupe qui l’annonce ce mercredi soir, Jean-Paul Fisher, ancien directeur général emblématique, et Marie Paule Romana-Belenus, qui lui a succédé à ce poste, ont été mis en examen par un juge d’instruction à Paris, dans le cadre d’une enquête ouverte en 2013 sur les rémunérations importantes que percevaient les deux dirigeants, ainsi que sur certaines dépenses manifestement disproportionnées de la société d’économie mixte de Saint-Martin.

Politiques Publiques évoquait déjà ces éléments dans deux précédents articles en 2013 : « Le train de vie fastueux de la Semsamar » et « Semsamar, licenciement à hauts risques« . L’ancienne directrice générale adjointe de la structure, menacée de licenciement par Marie-Paule Romana Bélénus dressait alors un véritable réquisitoire contre la gestion de la directrice générale, coupable selon elle de fragiliser la situation financière de la société par ses décisions, et par son importante rémunération (rémunération dont disposait déjà avant elle Jean-Paul Fisher). Une longue liste de « fautes » commises selon elle par sa supérieure, qui mettait en lumière les pratiques et la situation d’une Semsamar déjà sujette à bien des interrogations de la part de la MIILOS (Mission interministérielle d’inspection du logement social) et de la brigade financière.

Les deux dirigeants ont passé deux jours en garde à vue, et sont désormais sous contrôle judiciaire.

@polpubliques