C’est le palais de l’Elysée qui a annoncé ce mercredi matin la démission de la ministre de la Justice. Depuis plusieurs semaines, Christiane Taubira avait affiché son désaccord sur le projet de révision constitutionnelle sur la déchéance de nationalité. Une position jugée intenable par l’opposition, mais également par les proches de François Hollande ou Manuel Valls.

Seule déclaration pour l’heure de l’ex-ministre, un tweet largement partagé : « parfois résister, c’est rester, parfois résister c’est partir. Par fidélité à soi, à nous. Pour le dernier mot à l’éthique et au droit« .  Une démission qui éloigne un peu plus encore le président et le gouvernement des idéaux et des forces de gauche qui avaient contribué à leur élection en 2012. Christiane Taubira est remplacée par le député Jean-Jacques Urvoas.

Sans mandat électif, Christiane Taubira redevient pour l’heure « une citoyenne comme les autres ». En attendant, sans doute, de prochaines missions.

@francksrr @polpubliques