Lettre ouverte de l’Association des Professeurs d’Histoire et Géographie de Guyane au président du Conseil Général, à propos de la situation des personnels des Archives Départementales.

 

Face à la déliquescence dans laquelle s’enfoncent les Archives départementales, nous tenons à vous faire part de notre inquiétude. En effet, depuis environ, une dizaine de jours, cette institution ne remplit plus vraiment sa mission : les demandes du public généraliste tout comme celles des chercheurs professionnels et amateurs ne sont pas satisfaites.

En Guyane, malheureusement, les spécialistes des archives ne sont guère nombreux. Les outils de recherche (inventaires, index…) mis normalement à la disposition du grand public sont à peine embryonnaires. A ce jour, seule la connaissance par les agents, grâce à leur expérience (plus de 20 ans pour certains), permet aux usagers d’accéder à la richesse de ce patrimoine. Est-il donc approprié de se priver de ce personnel et ce faisant, de prendre le risque d’une dégradation matérielle et intellectuelle de ce fonds ? De ce fait, alors qu’une université guyanaise voit enfin le jour, les étudiants et les futurs chercheurs devront-ils se passer d’un instrument aussi important ? Est-il prudent, au vu, de la vente de certains documents sur internet, de prêter foi à des allégations de vol, mettant en cause collectivement un service alors que, personne ne peut affirmer la présence ou l’absence des dits documents à une quelconque date, les inventaires de ce même fonds étant imparfaits voire carrément obsolètes ?

L’Association des Professeurs d’Histoire et Géographie de Guyane s’inquiète des conséquences d’une pareille situation. La troisième édition du «concours du jeune historien guyanais » semble compromise. Or, cette initiative repose sur un travail de recherche et de diffusion d’archives mises à la disposition des élèves et des enseignants. N’est-il pas temps que l’intérêt général des usagers, (certains venant également de l’extérieur) et surtout des élèves, prévale sur des considérations de gestion des ressources humaines qui nous sont extérieures?

Monsieur le président, il est urgent que l’enceinte des Archives départementales retrouve sa sérénité. Les chercheurs doivent poursuivre leur travail de connaissance et de diffusion de l’histoire de ce pays et œuvrer pour son appropriation par l’ensemble de la société. Vous ne l’ignorez pas, cette demande est forte et il appartient à votre collectivité d’y contribuer activement par l’intermédiaire de ce service public.

En espérant que notre cri d’alerte sera entendu, recevez Monsieur le président l’expression de nos salutations respectueuses.

Le Bureau de l’APHGG

La présidente : Jacqueline Zonzon La secrétaire : Sara Ebion

La secrétaire-adjointe : Lydie Ho-Fong-Choy Choucoutou

La trésorière : Sidonie Latidine

Cayenne le 14/10/14