Le ministre de l’intérieur a emprunté le vocabulaire de l’ultra droite ce mardi 24 septembre 2013. En évoquant les problèmes posés par les Roms dans les villes françaises, Manuel Valls a indiqué que les Roms, dans leur majorité, n’avaient pas de volonté d’intégration en France, et qu’ils avaient « vocation » à retourner en Roumanie et en Bulgarie.

Si la reconnaissance des problèmes posés par les implantations Roms semble légitime, le positionnement et le langage excessifs de Manuel Valls ne se distingue plus de celui employé par la « droite populaire » (aile droite de l’UMP), et le Front National.

Un ministre socialiste de premier plan, lui-même immigré espagnol, qui divise son camp, et fait le bonheur des partis de droite, un comble. Et un gros pavé de plus dans la mare saumâtre des peurs françaises.

@francksrr @polpubliques