Communiqué – Francis Carole, Président du PALIMA | L’application du pass vaccinal en Martinique, à partir du lundi 7 mars pour les activités culturelles et de restauration, et du lundi 14 mars pour les activités sportives, est de nature à créer des désordres systémiques.
La raison principale en est que dans une population où le taux de vaccination atteint à peine 41% (au moins une première dose), le carcan du pass vaccinal désorganise de fait la société et renforce les exclusions…sans même atteindre les objectifs de vaccination escomptés.
On « n’emmerde » pas seulement les citoyens.ne.s, on les harcèle. On les maltraite. On brutalise et on abîme la communauté martiniquaise, en prenant le risque de tensions supplémentaires.
Les protestations du monde sportif en Martinique illustrent bien les difficultés et les aberrations générées par la mise en œuvre de cette loi dans notre pays.
La décision préfectorale s’avère d’autant plus absurde que l’on assiste partout à une décrue rapide de l’épidémie de Covid-19, à l’abandon du pass vaccinal dans certains pays et à un détricotage progressif du pass en France, par le gouvernement lui-même.
Certes, dans l’immédiat, des protocoles de prévention peuvent s’avérer utiles dans la gestion de ces manifestations sportives mais le diktat du pass vaccinal apparaît davantage comme relevant de l’attirail idéologique et politique que d’une démarche scientifique et raisonnable prenant objectivement en compte les réalités, les besoins et les propositions du monde sportif Martiniquais.