La Société d’Economie Mixte, qui officie principalement en Guadeloupe et à saint-Martin, et depuis quelques années en Martinique, fait l’objet d’une enquête approfondie de la brigade financière de la police judiciaire. Objet : Le train de vie fastueux de la société, en décalage total avec la situation économique de nos départements, et malgré son capital en partie composé d’acteurs et de fonds publics.

Outre les rémunérations de plus d’un million d’euros versées chaque année à sa directrice générale, de même qu’à son prédécesseur, la société rémunère tous ses salariés à des niveaux de salaire très élevés, et engage des sommes faramineuses pour certaines opérations. 440 000 euros avaient ainsi été dépensés pour la célébration du départ à la retraite de son ancien DG et fondateur Jean-Paul Fischer. Les policiers s’intéressent à la régularité de ces opérations, et en particulier à leur conformité avec les règles de gestion des fonds publics en vigueur pour les SEM.