L’événement Startup.gp rassemblait le jeudi 20 février 2014 à la bibliothèque de Baie-Mahault des professionnels de l’entreprise innovante dite startup, des représentants d’institutions publiques et des universitaires. La conférence était organisée à l’initiative de guadeloupetech, une communauté d’entrepreneurs du numérique et du web, et examinait les moyens pour les Antilles françaises de devenir compétitives, de concurrencer d’autres pays et de s’intégrer durablement dans cette économie novatrice.

Startups numériques aux Antilles

Plusieurs initiatives encouragent la création de startups antillaises dans le secteur des technologies de l’information et communication (TIC). La Région Guadeloupe a mis en place un plan de développement de l’économie numérique. Il prévoit tout d’abord, l’amélioration de l’accès au haut débit, puis la structuration de l’écosystème numérique de la Guadeloupe : répertoire des entreprises existantes, promotion du secteur, encouragement de l’innovation, valorisation de la formation en TIC. La DIECTTE Guadeloupe assure aussi consacrer des aides spécifiques aux startups numériques.

La conférence d’hier était également l’occasion de la signature d’une convention entre la ville de Baie-Mahault et guadeloupetech. L’association se verra attribuer une place physique et technique au sein d’une future technopôle de 40 hectares à Baie-Mahault. Nommée Audacia, cette structure sera entièrement dédiée aux startups. Vingt projets seront retenus pour être suivis et transformés en entreprises. Une fois ces entreprises lancées, Audacia en accueillera d’autres et ainsi de suite…

La conférence était également l’occasion de se pencher sur les nouveaux modes de financement « 2.0″. Mickaella Rojas Fanon, experte du crowdfunding – ou financement participatif – est intervenue pour présenter les caractéristiques de ce mode de financement de plus en plus utilisé, face aux modes de financement traditionnels que sont les, subventions et prêts bancaires.

@jorisylvie