« kill them before they grow »…les tuer avant qu’ils ne grandissent, c’est l’extrait de « Shot the sheriff » que Christiane Taubira a choisi de mettre en avant dans le tweet rédigé pour dénoncer la relaxe du policier américain qui avait abattu Michael Brown le 9 août dernier à Fergusson, dans le Missouri.

CT

Un tweet jugé « ingérent » par certains élus de droite, et qui pourrait retentir au-delà du monde politique français. La garde de sceaux y induit en effet une « volonté d’Etat » de laisser se perpétuer les violences policières à l’encontre de jeunes noirs américains.

Le grand jury réuni pour décider du sort du policier a estimé que les témoignages et preuves n’étaient pas suffisants pour contredire la légitime défense et démontrer l’homicide, même involontaire. Des témoignages contradictoires, et parfois même des modifications de versions des faits : face à l’hypothèse très répandue de l’abus de pouvoir et de la violence policière, les éléments collectés par le jury indiquaient également que le jeune homme, même non armé, avait fait preuve d’agressivité verbale et physique envers le policier.

Un verdict qui a provoqué la colère notamment de la communauté noire à Fergusson et dans le pays. Des émeutes et plusieurs incendies ont secoué la ville durant la nuit. Barack Obama a renouvelé son appel au calme aux manifestants, et aux policiers visés par les émeutiers.

@polpubliques