Le Conseil Général s’est prononcé lors de la 5ème commission permanente du 03 juillet 2014 en faveur d’une signalétique permettant d’identifier les 18 sites répertoriés de « la route de l’esclave – traces et mémoires en Guadeloupe » sur le territoire.

La collectivité départementale est aujourd’hui l’unique des Antilles qui s’est associée au projet international de l’UNESCO de présenter la diversité des histoires et des patrimoines issus de la traite négrière et de l’esclavage. Un réseau international dont l’objectif est de recenser et faire connaître à travers le monde les sites et lieux de mémoires de l’esclavage. Ce projet né en 1994 à Ouidah au Bénin.

Les sites sélectionnés sur la Guadeloupe vont de Basse-Terre à Grande-Terre en passant par Marie-Galante et Terre-de-Bas.

L’entreprise retenue pour ce marché sera chargée de la fourniture, de la pose et des aménagements connexes, qui permettront aux visiteurs de mieux appréhender le passé lié à l’histoire de l’esclavage et sa dimension patrimoniale.

@polpubliques