REPONSE AUX TARTUFES QUI TROUVENT EXCESSIVES  LES PEINES  PRONONCEES CONTRE LA RACISTE ANNE SOPHIE LECLERE ET LE FRONT NATIONAL

Par Garcin MALSA et Jean-Claude WILLIAM

Cités comme « Grands témoins » par Walwari, le Parti de Christiane TAUBIRA au procès qu’il a  intenté contre Anne- Sophie LECLERE, candidate du Front National aux élections municipales pour ses propos comparant notre compatriote guyanaise à un singe  et au Front National dont elle était membre lorsqu’elle a  tenu ses propos insupportables,  nous saluons le jugement du Tribunal Correctionnel de Cayenne. Il a condamné la candidate raciste à neuf (neuf) mois de prison ferme et 50000 euros d’amende et le Front National à 30000 euros d’amende.

Les bons esprits  - à Droite  comme à Gauche- trouvent la peine excessive. Leur réaction confirme ce que nous avons dit à la barre du Tribunal, le racisme est banalisé, le condamner à la mesure de la gravité des propos  serait porter atteinte à la liberté d’expression !

NON. Le racisme n’est pas une opinion. C’est un délit d’autant plus grave qu’il concerne des Africains et  des Afro- descendants qui ont connu l’esclavage parce qu’ils étaient considérés comme inférieurs à l’homme blanc.

Le Tribunal   l’a bien  compris. Il indique dans ses attendus qu’assimiler un être humain à un animal constitue « une atteinte frontale à la dignité humaine ». La peine n’est pas sévère. Elle est conforme au Code Pénal qui prévoit qu’elle peut aller jusqu’à un an de prison ferme. De plus, la victime de l’agression raciste est Ministre d’Etat, Garde des Sceaux. Sa personne et aussi son rang doivent être respectés.

Soulignons  qu’Anne-Sophie LECLERE  et le Front National ont ajouté le mépris à l’injure en ne se présentant pas devant le Tribunal de Cayenne. Ils indiquent aujourd’hui qu’ils feront appel. C’est leur droit. Mais soyons clairs. Walwari dont Christiane TAUBIRA est la Présidente  s’opposera à tout « dépaysement » de l’affaire. Nous le soutiendrons avec détermination. C’est un parti guyanais qui est à l’origine de la plainte. Christiane TAUBIRA est guyanaise.  Les faits, comme l’a indiqué le Tribunal, sont d’autant plus graves  que la Guyane a été une terre d’esclavage. Le procès en appel doit se tenir en Guyane. Nous y serons attentifs.

 

Photo : Jean-Claude William